Poèmes publiés : 1239

samedi 11 février 2017

Saül et l'ombre de Samuel

saül et l'ombre de samuel

Salvator Rosa, L'Ombre de Samuel apparaissant à Saül chez la pythonisse d'Endor (1668)

A cette heure lugubre où la Création dort,
Saül, accablé, va voir la sorcière d’Endor,
Vaincu, abandonné par le ciel et les hommes,
Jetant son bouclier dans l’ombre et son heaume,
Implorant son ennemie et à minuit venu
Embrasser ses mains qui tremblent et son front chenu.
Ô disgrâce ! David est l’élu qui rayonne, 
Et lui, Saül, pareil à l’enfant qu’on abandonne
Tremblant dans son berceau, martyr du froid hiver !
Lui qui a jadis, au nom du dieu de l’univers,
A combattu avec foi et colère !

L’ombre de Samuel, apparition sévère,
Surgit soudain, drapée d’un sinistre linceul.
Saül, à genoux, s’écrie : « Samuel ! Je suis seul,
Et la nuit m’emporte comme un éternel fleuve !
Frère, dis-moi : quel est le sens de cette épreuve ?
N’ai-je pas combattu nos ennemis pour le Ciel ?
Ne suis-je point, moi Saül, premier roi d’Israël ? 
C’est Dieu qui m’a choisi et m’a offert un trône,
Et aujourd’hui il fait tomber ma couronne !
Ô dis-moi, Samuel : est-ce là mon destin ?
J’ai terrassé pour Dieu les tremblants Philistins 
Et c’est moi qu’aujourd’hui le Seigneur terrasse !
Réponds-moi, Samuel, car mon âme est lasse ! »
Calme et ne venant point à Saül le secourir,
Samuel lui répond : « Sois prêt à mourir. »


Par: Mohamed Yosri Ben Hemdène 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mon avis sur cet article: