Poèmes publiés aujourd'hui: 1160

dimanche 18 février 2018

Conte: Compère Bouc et compère Lapin (Partie IV)

CONTE: COMPÈRE BOUC ET COMPÈRE LAPIN (PARTIE iv)


IV. Comment compère Lapin fut pris au piège

Compère Lapin, fort fâché, crie dans la nuit :
« Arrête, petite, de fixer ce puits !
Ou je vais te flanquer sur le nez, tout de suite. »
Elle reste muette et ne prend pas la fuite,
Mais semble sourire au contraire. Le Lapin,
Courroucé à cause de son sourire hautain,
Pour la lui envoyer lève la main droite.
Pan ! Mais sa main, restée collée, devient moite.
« Noir démon ! s’écrie-t-il, il me reste une main
Et je vais t’assommer sur tes yeux de vilain. »
Bin ! Mais une autre fois, la poupée reste coite.
Un coup de pied vient : boum ! un autre coup de patte :
Tam ! un coup de tête : Vlan ! « Vas-tu me lâcher ! »
S’écrie notre lapin, alarmé et fâché,
Haletant, fatigué, vaincu et l’air bête,
Et ne pouvant bouger ses membres ou sa tête.
Le soleil se lève. Le Lapin, affolé
Et à l’impassible poupée toujours collé,
Se débat, mais en vain, contre son adversaire.
Le Bouc se rend au bord du puits, et dans les serres
De la poupée, il voit l’autre compère pris.
Alors à pleins poumons de ce spectacle il rit,
Et dit à son voisin : « Hé ! hé ! elle est tenace !
Alors, petit coquin, grand coquin, coquinasse,
Que fais-tu dans les bras de cette beauté-là ? »
Le lapin murmure, de cette farce las :
« Compère Bouc, tu as gagné...maintenant sans rage,
Au nom des éternels liens du voisinage,
Au nom de l’amitié qui existe entre nous,
Libère-moi, je t’en supplie, Bouc, à genoux. »

[A SUIVRE]


Par : Mohamed Yosri Ben Hemdène 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mon avis sur cet article: