Poèmes publiés : 1239

mardi 15 août 2017

Conte: Marsi (Partie II)

CONTE: MARSI (PARTIE Ii)


II. Comment Marsi fut pris dans la garde royale, et la promesse du roi

Marsi est dans une grande ville, le soir,
Et il entend des cris de guerre, avant de voir
De jeunes gens danser sur la place publique
Autour d’une grande table métallique
Qu’appesantissent comme une aurore sans fin
Plusieurs piles d’écus et des cruches de vin.
Le nombre des jeunes soldats vite augmente
Que ne peut alarmer la guerre alarmante,
Et ils sont recrutés et payés sur-le-champ.
Le bon Marsi trouve tout cela alléchant,
Boit un verre, met un casque sur sa tête
Et de nouveau devient soldat. Ses armes sont prêtes,
Il entre en campagne donc dès le lendemain.
Grâce à sa belle taille et à ses grandes mains,
A sa célérité et à ses deux poings fermes
Et à son maniement merveilleux des armes,
Dans la garde royale il est rapidement pris,
Et a beaucoup d’ennemis, de son succès surpris.

Le roi d’un ennemi puissant est la cible,
Un anneau magique le rendait invincible,
Mais malheureusement il l’avait oublié.
Par l’armée de son ennemi il est humilié
Car elle est très vaillante, et surtout plus nombreuse.
Pour sortir de cette situation affreuse,
Le roi déclara, sans l’anneau désespéré,
« En épousant ma fille il sera honoré,
Celui qui est assez brave et assez rapide
Pour me rapporter mon anneau aux cent rides
Avant que le combat ne commence, et avant
Que tout ne soit perdu comme une paille au vent. »

[A SUIVRE]


Par : Mohamed Yosri Ben Hemdène 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mon avis sur cet article: